Devenez producteur de film avec Motion Sponsor – Interview de Rafik Benhammou


Devenez producteur de film avec Motion Sponsor – Interview de Rafik Benhammou: “

Nous vous avions déjà parlé du système développé par MyMajorCompany qui propose aux internautes de devenir co-producteur d’artistes musicaux (ici). Et bien avec Motion Sponsor, les internautes peuvent également co-produire des films ! Ils sont forts ces Internautes quand même…

Sortez le cigare, les lunettes noires, le costard, la chemise ouverte et arborez un sourire en coin car désormais vous êtes le prochain producteur du film qui va faire un carton au box office ! Bon inutile de prendre le prochain vol pour Cannes et vous précipiter pour la montée des marches, il va falloir attendre quand même un peu que les enchères de votre poulain grimpe.

Avec Motion Sponsor devenez producteur de film !

Ce tout nouveau site français propose donc aux internautes de boucler les financements d’une production cinématographique en cours. Soit une enveloppe de 150K€ à 300K€ pour des films dont le budget global moyen approche les 3 millions d’euros. Lorsque vous misez sur un film (par tranche de 25 euros), vous lui offrez donc une chance de sortir un jour en salle et donc de percer. Avec ce financement, vous auvez droit à de nombreux avantages : comme la participation au tournage, une invitation à la première projection, et évidement une part des recettes (s’il y en a !). Le site compte déjà 100 inscrits et le film à produire mis en avant en ce moment est celui de Yannick Dahan et Benjamin Rocher intitulé ‘La Horde’. Voici quelques mots des réalisateurs :

Et on peut encore aller plus loin !

On peut imaginer que la participation des internautes ne soit pas uniquement financière. Ceux et celles qui vont casser leur tirelire pour un film, vont certainement très activement en parler autour d’eux. Via les plateformes sociales comme Facebook mais également sur les sites de partage de contenus (Youtube et autres Dailymotion). Ne serait-ce que pour espérer en retirer un gain substantiel. La communication se fera donc par le biais du grand-public ce que l’on appelle chez nous du ‘marketing participatif !’. Et oui on est en plein dedans.
Mais l’implication des internautes peut se faire bien avant. Par exemple, pourquoi ne pas proposer directement aux internautes de participer à l’écriture du scénario ? Il existe déjà depuis plus de 15 ans des tonnes d’exemples sur le net d’écriture à plusieurs mains et nous aurons le loisir d’en reparler une autre fois (j’en ai même fais l’expérience, très enrichissante et stimulante, il y a des années sous un pseudo sur ce site : Anice-fiction).
J’ai donc posé ces deux questions à l’un des fondateur qui a répondu ce midi avec une célérité incroyable !


Les internautes co-producteurs seront-ils invités à participer à la promotion de leurs films ?
Rafik Benhammou Motion Sponsor

Rafik Benhammou : Oui tout à fait. Sur Motion Sponsor, l’internaute va pouvoir exprimer son soutien pour un film de différentes manières : soit en achetant des parts du film de son choix et en lui permettant ainsi de partir en production, soit en s’impliquant activement dans la promotion. Des outils online de Word of Mouth ( « bouche à oreille ») seront prochainement mis à leur disposition pour créer ce fameux « buzz » si essentiel à la sortie des films (widget, bannières….). L’idée essentielle est de réussir à fédérer une communauté derrière le film et de permettre à cette dernière de le défendre avec tous les outils du web communautaire.

En lançant Motion Sponsor, allez-vous proposer aux internautes de participer également à l’écriture de scénario ?
Rafik Benhammou : Motion Sponsor se définit avant tout comme une plateforme de financement alternatif et de promotion du cinéma. A travers elle,  il nous sera possible de présenter les talents de demain.
Notre vocation n’est donc pas pour le moment d’impliquer les internautes dans le développement de projet (écriture du scénario). Même si l’idée peut paraître séduisante à première vue « avoir une écriture enrichie par les apports des internautes », le développement reste un processus complexe où très vite un nombre important d’intervenants pourrait constituer un véritable frein à l’avancée du projet.
Toutefois, des espaces de discussions seront disponibles et permettront ‘au porteur du projet ’ de réagir aux réactions et remarques des fans. Ces derniers pourront également intervenir pendant le processus de production et exprimer leurs voix sur différents choix artistiques (choix d’une affiche, d’une bande annonce, d’un thème musical…)

Merci à Rafik Benhammou qui a également annoncé que le financement sera prochainement proposé pour des films dont le budget est inférieur à 1M€. De ce fait, les contenus créés par des internautes pourraient également se voir financés par de petits groupes de co-producteurs Une manière de trouver des fonds afin de permettre la réalisation de courts métrages et donc l’émergence de nouveaux jeunes talents.
Prochainement sur vos écrans ;-)

(Via Le blog du marketing nouvelle génération by Eyeka : expérientiel, collaboratif, participatif, conversationnel, web2.0.)

Advertisements

Coworking 101: A Brief History


Coworking 101: A Brief History: “

Written by Imran Ali.

Stretching all the way back to April of last year, coworking – the growing movement of independent café-like collaboration spaces for freelance professionals –  has been a popular topic here on WebWorkerDaily, covered from many perspectives by our writing team and also attracting some thought-provoking commentary from our readers.

At its heart, the concept of coworking is very attractive to many web workers. You get to work in a creative environment with other professionals, freed from unhappy workplaces, with the option to be as flexible as you choose.

For those unfamiliar with the subject, we thought we’d take you on a brief tour of some highlights from our coworking archives.

Aliza’s introduction to the world of coworking.

A roundup of interesting developments in coworking, from large companies such as Timbuk2 giving up space for external coworkers, to the roving Jelly monthly ‘workathons’ for coworkers without a permanent physical location to share.

A handy ‘recipe book’ of wiki-based guides to managing, establishing, marketing and operating coworking communities and spaces, Joseph Holstein’s ‘Patterns for Coworking’ is an invaluable distillation of the collective knowledge of the global coworking community.

An exploration of the downsides to telecommuting and coworking, focusing on the experiences of a coworking community founder.

An interesting discussion on the potential of providing childcare facilities to coworkers – with the coworkers themselves dedicated a portion of their time to caring for the children of other community members.

This post speculates on the potential to revitalize decaying and vacant urban centers with new creative areas, by replacing discount stores, vacant properties and unused public libraries with coworking facilities..

A look at the underlying value structure of coworking communities, how they’re evolving in different countries, and the issues existing coworking communities face as they outgrow the space available.

I’ve chosen to focus on posts that are specifically about the mechanics of coworking. If you’re really interested, do delve into our full archive of coworking posts where we have also explored more philosophical issues, such as the design of cities and the impact of telecommuting on society.

On a lighter note, please do bear in mind the  immortal words of The Bugle

Do you work from home but miss the office atmosphere? Then simply hire a group of people you don’t really like and would never otherwise spend time with, to mill around your living room for nine hours a day.

Share your coworking experiences in the comments.

(Via WebWorkerDaily.)

An A-Z (Atlassian & Zoho) of Enterprise Web Working


An A-Z (Atlassian & Zoho) of Enterprise Web Working: “

Written by Imran Ali.

Back in October, I had the pleasure of attending O’Reilly Media’s Web 2.0 Expo Europe, at the Berliner Congress Centre in the heart of East Berlin. One of the more interesting conversations I had was with Jeffrey Walker and Laura Khalil of Atlassian, creators of the Confluence enterprise wiki software.

In describing the company and product’s history, Walker and Khalil indicated a corporate culture that was very much based around the notion of web working. While this isn’t completely unheard of for a large corporate, web working is a style that’s more closely associated with freelancers, startups and smaller organisations.

Khalil pointed me to a post on the company’s blog that discusses some of the cultural and technological adjustments the organisation has made as it needed to manage offices in Sydney and San Francisco:

  • Internal communication is oriented around the Confluence wiki product: bringing together product management, HR, marketing, business metrics, template emails and PR.
  • Task and project management, such as customer requests and bug reports, are tracked and managed using the company’s own JIRA product.
  • Email is discouraged as a collaboration tool, being displaced by Confluence and JIRA, but still employed for 1-to-1 and ‘broadcast’ communication.
  • Lightweight tools such as Flickr and, notably, Delicious bring other collaboration and knowledge-sharing capabilities.

Interestingly, the company’s internal and external blog authors number around 160: an extraordinarily high figure for a 200-person company, with 80 percent of its staff publishing and sharing their work.

Also at the Web 2.0 Expo, I ran into Rodrigo Vaca, Zoho’s director of marketing, responsible for leading efforts to promote the popular web-based office suite.

Like Atlassian, Zoho’s  solution to geographically distributed staff in many different timezones is to employ its own products and services as a component of the company’s culture. More so perhaps, with a thousand staff in offices from India and the U.S. to Japan and China, the web-based foundation of the company is critical. Vaca related how even the company’s COO works from home in order to minimize time wasted in physically commuting.

What both Atlassian and Zoho’s utilization of web working indicate is that it’s a working pattern that’s very much suited to large, mainstream, multinational organization – something we discussed a while back in Telecommuting Trends and our coverage of the emergence of Smart Work Centres.

Read more about Atlassian’s web worker culture and tools in An Insiders Look: Part 1 of 2 on how we (Atlassian) collaborate.






Concentric Hosted IT Solutions and Web Hosting


Click here to save cost on your IT demands

(Via Clippings.)