Plinky Prompts You to Write Better Social Updates [Social]


Plinky Prompts You to Write Better Social Updates [Social]: “Sometimes, believe it or not, there’s just nothing going on worth writing about for Facebook, Tumblr, or even Twitter. Plinky can condense and improve your spare-time writing with one question…”

(Via Lifehacker.)

Advertisements

Les 5 niveaux de présence sur les médias sociaux from Mediaventilo


Les 5 niveaux de présence sur les médias sociaux | Mediaventilo

Mediaventilo_-_reseaux_sociaux.ppt-20090208-232735.jpg
Les 5 niveaux de présence sur les médias sociaux
8 février 2009 dans: Divers, Réseaux sociaux, social media marketing, strategies web par Louk

Il y a plusieurs façons d’approcher les médias sociaux pour les marques et les entreprises. À la manière de la hiérarchie des besoins (ou pyramide de Maslow) nous pouvons découper la façon d’être présent sur ces médias en 5 postures de la moins impliquée (bas de la pyramide) à la plus intégrée (sommet de la pyramide).

Stumble It!

5 Years for Facebook. What’s Next?


5 Years for Facebook. What’s Next?: “

-Facebook 2004 Screenshot-Facebook is 5 years old today, and the social network has admittedly come a long way in those few years. Just take a look at the album Facebook posted, chronicling the layout of profiles from 2005 until now. But what does this 5 year milestone really mean for Facebook? It means that we can all take this opportunity to see what Facebook has planned to ensure it can celebrate another 5 birthdays.

All Things Digital took today’s birthday as an opportunity to reflect on Zuckerberg’s plans for Facebook shortly after launching the website from Harvard’s campus. There’s an air of foreshadowing, considering Zuckerberg didn’t want to sell Facebook then and has stuck to many of his core principles surrounding Facebook ever since.

Even Zuckerberg’s own Facebook birthday blog post highlights the objectives Zuckerberg still holds dear to his heart when it comes to Facebook and its ongoing potential-to become a place where people can openly share information about themselves with each other, initiating conversations about a given topic and encouraging global discussions through Facebook’s social network. Idealistic as this may sound, Facebook has in many ways become just that, for the good, bad and the ugly.

So as the dominating social network, is Facebook still on the right track? As far as social networks go, there’s been an overriding tendency for them to become fads. Yet many still see Facebook as having longevity potential, and have even compared it to Google from a Silicon Valley startup success story perspective. The article at All Things Digital went on to compare Facebook at 5 years with Google at 5 years, and with estimates for Facebook’s valuation being far lower than Google’s at 5 years of age, Facebook may still have some work to do.

While the two companies are different in many ways, the idea that Facebook could become a major centralizing service for individuals interacting on the web means that its permeability could be far reaching. As with Google, future growth may be tied with the economy Facebook has created with its Platform and Facebook Connect. Facebook also continues to create native apps in hopes of bringing users back to the site, as the company still needs to compete with the other social networks that are out there.

And yet there is still room for improvement, especially in regards to the economy that Facebook could create for further empowering third party developers, end users and itself. The open communication Facebook founder Zuckerberg seeks isn’t always the direct byproduct of individuals’ interaction within the social network, yet such idealism continues to drive many of the concepts behind ongoing projects at Facebook. I’m not exactly sure what the next 5 years will hold for Facebook, but I can’t wait to find out

(Via Clippings.)

Preaching Beyond The Choir: Get Clients Jazzed About Social Media


Preaching Beyond The Choir: Get Clients Jazzed About Social Media: “

Written by Darrell Etherington.

bullhornThough I couldn’t attend OMMA Social San Francisco (I’m so far away, and my travel budget is currently non-existent), I did enjoy this article from MediaPost summarizing five key takeaways from the social media conference. The article’s author, Catherine P. Taylor, makes a number of good points, but what interests me most is the impression she got that social media, while still white hot with professionals working in the space, has yet to catch fire with clients.

The problem is a familiar one. Those of us who champion the use of social media tend to be fairly zealous about its use, but trying to transmit that passion to others, especially to key decision makers, can be a trying affair. For instance, I’ve had recent experience with a Managing Director who actually didn’t use a computer, so you can just imagine how easy it was to convince him of the value of having a corporate Twitter account.

Of course, it’s to be expected that senior executives exhibit a degree of technological inertia. Luckily, they all still speak the same basic languages: Return on Investment (ROI), Brand Recognition and Corporate Image. Even if they don’t speak all three (take a small consulting firm, for example, which depends on word of mouth rather than aggressive branding), they will understand one of the above: ROI, which is what I’ll be covering in this post. Social media is a hard area in which to gather solid ROI figures, but it’s not impossible. Plus, it can be very easy to sell on the expenditure side, since most of the time the only cost involved is the labor of the resource tasked with setting up and maintaining your social network accounts. That alone is a convincing argument in a business climate which is shy with its advertising dollars but eager to maintain a public presence.

You can show ROI by gathering info on click-throughs from links posted via Twitter, or on Facebook, on profiles, groups, and pages. I find Twitter especially useful for attracting clicks, since your tagline, not the URL itself, is the seller, thanks to URL truncation. If you can write clever copy, users will click, and they won’t necessarily feel as ‘marketed’ to if they don’t see your corporate address in the URL.

Providing the decision-maker with comparable examples of successful social media program implementations in your space is probably the best, and easiest, way to show verifiable ROI. If you can’t find any examples in your specific field, collect near misses and play up the fact that you’ll be a pioneer in your area. Mashable has a great article on establishing ROI for social media that talks about setting a success metric, and benchmarking competitors will help you do that.

If they’re not sold on the fact that online presence makes good money sense, you might want to sell them on the business card metaphor, which goes as follows: You would never leave a business meeting, lunch, coffee, etc. without exchanging business cards with the other party, would you? Even if it’s a sales call that wasn’t particularly promising, you leave the card, and hope your name comes to mind when they need something down the road.

Imagine the cumulative time your company spends doing work online as a business meeting, and then imagine that, to date, despite all that time spent with prospective clients, you’ve been leaving them with nothing but a hastily scrawled phone number on a bar napkin (your email signature, for the purposes of the metaphor). That wouldn’t fly in the real world, and it shouldn’t be allowed to suffice on the Web, either.

Of course, your boss or client could counter with the fact that you have a web site. Explain that just having a web site is like leaving a business card tacked to a public bulletin board and hoping people will take interest. Social media is the handshake, the lunch meeting, the phone call during which you ask about the family. In other words, social media brings that priceless ‘people’ factor online.

It may seem silly at this point to still have to sell clients on the value of social media, but it only seems that way because we live inside that world every day. Impossible as it may be to believe, there are still some, like that Managing Director I mentioned before, who dictate their emails to their assistants. Talk about someone who needs the perspective of a helpful evangelist!

What strategies do you use for convincing clients of the value of social media?






Concentric Hosted IT Solutions and Web Hosting


Click here to save cost on your IT demands

(Via Clippings.)

L’avenir des réseaux sociaux est-il à la puce RFID


L’avenir des réseaux sociaux est-il à la puce RFID: “

Si vous lisez régulièrement ce blog, vous devez savoir qu’il existe une multitude de réseaux sociaux. OK, mais comment faire son choix dans cette profusion ? Et si vous choisissiez un réseau qui combine à la fois la puissance et la praticité des réseaux sociaux en ligne et la proximité des relations de quartier ? C’est en tout cas la promesse que nous fait cette nouvelle génération de plateformes sociales hybrides qui repose sur des profils en ligne et sur des objets équipés de puces
RFID pour initier les rencontres
.

SnifTag, parce que votre chien drague mieux que vous

Premier exemple avec
SnifTag, un réseau social réservé aux propriétaires de chiens (l’équivalent d’un
Dogster) qui innove en proposant aux maîtres d’équiper leur chien avec un petit mouchard :

Le mouchard RFID que vous accrochez au colier de votre chien

Le mouchard RFID que vous accrochez au colier de votre chien

Une fois le mouchard installé, vous pouvez suivre les déplacements de votre chien au quotidien (savoir le nombre de kilomètre qu’il a parcouru ou le nombre d’heures  qu’il a dormi) mais également connaître ses fréquentations. Les puces RFID des colliers communiquent entre elles et enregistrent les identifiants des autres chiens qui sont passés à proximité.

Les puces RFID du système SnifTag

Les puces RFID du système SnifTag

Une fois à la maison, vous pouvez consulter les fiches des chiens rencontrés ainsi que celles des propriétaires. Et oui, derrière ce dispositif se cache un réseau de rencontres (amoureuses ou non). L’idée est redoutable car les chiens sont effectivement un très bon vecteur de sociabilisation. Vous combinez donc la puissance du réseau social (avec les listes d’amis, les recommandations…) avec la proximité de votre ville / quartier. Plus d’infos ici : 
Pet Tracking Meets Social Networking.

Poken, le complément hors-ligne de votre réseau social

Deuxième exemple avec les 
Poken, de petites figurines qui embarquent elles aussi une puce RFID. Le principe est encore une fois très simple : vous liez votre Poken à votre profil (Facebook, MySpace…), vous accrochez cette figurine à votre tenue de soirée (ça veut dire que vous êtes ouvert à une ou des rencontres) et lorsque vous sympathisez avec une autre personne ‘pokénisée’, vous les faites se taper dans la main pour échanger vos identifiants :

Le fonctionnement des pokens

Le fonctionnement des pokens

Une fois chez vous, il ne vous reste plus qu’à brancher votre Poken sur votre port USB pour récupérer les identifiants de vos rencontres et consulter leur profil. Voilà, c’est simple et bon enfant. Ce système me fait penser à des badges sortis dans les années 80 que l’on pouvait configurer pour qu’ils émettent des signaux lumineux correspondant à notre état d’esprit (vert pour ‘tu peux me brancher‘, rouge pour ‘casse-toi pov’ con‘).

Même si ce dispositif limite le nombre de points de contact (tout le monde ne passe pas ses soirées à écumer les bars), il a tout de même le mérite de proposer un intermédiaire entre le poke et la drague ‘old school‘. Par contre je serais bien mal placé pour prédire le… taux de transformation. Mais même si vous ne transformez pas (ou mal), au moins vous pouvez faire un peu de data-mining sur vos stats (à quand du date analytics ?). Plus d’infos ici :
High-five the panda to connect online.

Bon, trêve de plaisanteries, je suis persuadé que, derrière ce concept de plateformes sociales hybrides (en et hors ligne), nous avons enfin un modèle économique qui ressemble à quelque chose avec la vente des appareils (qui pourraient également servir d’appâts) et pourquoi pas un abonnement ou du micro-paiement à l’acte.

(Via Clippings.)

L’actualité des médias sociaux (janvier 2009)


L’actualité des médias sociaux (janvier 2009): “

Je continue mes récapitulatifs mensuels avec un résumé des articles publié sur
MediasSociaux.com :

Et je vous rapelle que les inscriptions sont toujours ouvertes pour notre petit déjeuner du 12 février prochain à Paris :
Quelles opportunités pour votre marque dans les médias sociaux ?
.

(Via Clippings.)

Google Latitude, pas réellement un réseau social mobile


Google Latitude, pas réellement un réseau social mobile: “

Et c’est encore une fois Google qui remporte la palme du buzz de la semaine avec son tout nouveau service (
Google Latitude) :
See where your friends are with Google Latitude et
Locate your friends in real time with Google Latitude. Pour faire simple, il s’agit d’un service permettant de localiser vos amis. Pour cela il suffit d’installer une application sur votre téléphone mobile (la dernière version de
Google Maps Mobile) qui se chargera de vous localiser (grâce à la puce GPS ou par triangulation) :

Vos amis sur Google Maps grâce à Google Latitude

Vos amis sur Google Maps grâce à Google Latitude

Vous pouvez bien évidement profiter de ce service sur votre ordinateur en insérant un widget Google Latitude sur votre page
iGoogle
et gérer ainsi votre liste d’amis :

Google Latitude sur iGoogle

Google Latitude sur iGoogle

Une fois le dispositif en route, vous aurez la possibilité de :

  • Mettre à jour votre status et votre photo ;
  • Voir qui sont les amis à proximité ;
  • Trouver un itinéraire pour rejoindre un ami ;
  • Cherchez une adresse (restaurant, bar…) près de votre ami…

Pour en savoir plus sur les fonctionnaltiés, c’est ici :
Google Latitude: Share Your Location with Friends. Bon inutile de tourner autour du pot : ce
Google Latitude n’est pas une révolution, loin de là
. D’une part car ce type de service existe depuis longtemps, notamment des start-up comme
Loopt et
Whrrl ou de beaucoup plus gros acteurs comme Nokia et son
Friend View ou Yahoo! et
Fire Eagle. D’autre part car les fonctionnalités proposées sont encore très limitées (bien loin de ce que proposait
DodgeBall par exemple).

En fait il faut plus considérer ce service comme une surcouche sociale de
Google Maps
que comme un réseau social mobile. Ce sont donc les concurrents directs précités qui sont en danger (cf.
Google Threatens Loopt, Pelago With Latitude Service) plutôt que des véritables réseaux sociaux mobiles comme
MocoSpace ou
ItsMy (lire à ce sujet :
L’avenir de l’internet mobile sera social).

Toujours est-il que d’autres réseaux sociaux locaux ont déjà pris une longueur d’avance par rapport à ce tout nouveau service. À commencer par
Dopplr qui s’adresse plus aux voyageurs fréquents qui souhaitent garder le contact et faire des rencontres ‘locales’. Ce service propose ainsi de fédérer des communautés locales comme ici avec la ville de
Londres
:

Dopplr et la communauté de Londres

Dopplr et la communauté de Londres

Encore plus intéressant,
Brightkite rajoute aux fonctionnalités précédentes un moteur de recherche (lieux, gens, billets) ainsi qu’un friendstream qui agrège l’activité de vos amis :

Votre réseaus ocial local avec Brightkite

Votre réseau social local avec Brightkite

Cerise sur le gâteau, Brightkite propose également une remarquable fonction de placestream qui agrège l’activité sociale d’un quartier (lire à ce sujet :
Après le lifestream, le placestream ?). Illustration ici avec la ville de New-York :

Le placestream de New-York

Le placestream de New-York

Bref, en un mot comme en cent : peut mieux faire.

(Via Clippings.)